La Bête et la Belle

Création par le Ballet du Capitole le 24 octobre 2013

 

Musique   Louis-Claude Daquin, Franz Josef Haydn, György Ligeti,   Maurice Ravel  

Chorégraphie et mise en scène   Kader Belarbi

Adaptation d’après le conte La Belle et la Bête  Josseline Le Bourhis et Kader Belarbi 

Décors et costumes   Valérie Berman 

Lumières   Marc Parent 

 

L’inversion du titre La Bête et la Belle témoigne de la réinterprétation du conte. Kader Belarbi fait de cette fable le symbole de l’insoumission adolescente, de l’acceptation de la différence et de l’éveil au désir et à l’amour. La Bête s’humanise, car elle est moins un animal que le révélateur de l’animalité qui est en nous, tandis que la Belle surmonte sa répulsion et dépasse ses inhibitions pour trouver le chemin du cœur et du corps, et s’ouvrir à l’autre. Entre parcours initiatique et enchantement, le ballet est conçu sur une partition éclectique avec des décors et des costumes inattendus.

Le Corsaire

 

Ballet en deux actes sur un argument de Kader Belarbi,

             inspiré du poème de Lord Byron, The Corsair (1814)

 

Création par le Ballet du Capitole le 16 mai 2013

 

Musique   Adolphe Adam, Anton Arenski, David Coleman,

Edouard Lalo, Massenet, Jean Sibelius  

Chorégraphie et mise en scène   Kader Belarbi

Décors   Sylvie Olivé 

Assistante aux décors   Camille Ansquer  

Costumes   Olivier Bériot  

Lumières   Marion Hewlett Lumières

 

Le poème de Byron a été une source d'inspiration infinie pour nombre de chorégraphes, mais aucune autre version chorégraphique française n'a vu le jour depuis celle de Jules Mazilier, en 1856. Aujourd'hui, Kader Belarbi réorganise la cohérence narrative du poème initial, en créant un grand ballet épique, académique autant qu’orientaliste. La chorégraphie joue sur la virtuosité des ensembles et des variations solistes, l'esprit du ballet romantique et ses entrelacs, les péripéties de l'action et l'exotisme des divertissements.

 

Entrelacs

Première par le Ballet du Capitole le 21 février 2013

 

Musique   Arvo Pärt, Iannis Xenakis 

Chorégraphie   Kader Belarbi  

Scénographie et Lumières   Rémi Nicolas 

Costumes   Joop Stokvis 

 

Par la main du chorégraphe, le corps devient le pinceau mû par le souffle rythmique, par où tout commence. Il trace et dessine des formes comme autant de métamorphoses. Au gré des « harmonies spatiales » d’Arvo Pärt et des « rythmes graphiques » de Iannis Xenakis, Kader Belarbi nous dévoile une poétique d’entrelacs.